27-05-2017
Accueil arrow Elections arrow Jurisprudence
AccueilActuLiensContacts
Menu
Accueil
Elections Européennes 2014
Dossiers
Actualité
Elections
Fil d'actualité
Liens et Pétitions
Recherche
Portrait
Contacts
Administration
Echanges Internet

Jurisprudence Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claire AYMES   
30-09-2003

La cour d'appel d'Aix-en-Provence siffle la fin de la récréation

Pour tous les petits candidats aux élections qui se font voler leur liberté d’expression par les grands partis, voici l'épilogue pour les Législatives 2002, 3è circonscription de Marseille

Jean ROATTA, député sortant et réélu(UMP),
Gabriel MALAUZAT (Socialiste-PRG),
Jean-Paul NOSTRIANO (PC),
Yannick LOPEZ (Les Verts)
Jackie BLANC (FN)


Ont été condamnés le 4 juin 2002 par le Juge des référés de Marseille:


1) à remettre en état les panneaux d’affichage de Claire AYMES (MEI) plaignante,


2) de ne plus s’y retrouver sous astreinte de 250 euros par infraction journellement constatée,


3) à payer la somme globale de 1300 euros à la plaignante,


4) aux dépens


Malgré cette condamnation, ces candidats ont persisté, dossier d’huissier à l’appui, jusqu’au 7 Juin à violer les panneaux qui avaient été légalement attribués.
Invité à liquider les astreintes, et au vu de faux témoignages et allégations mensongères de ces 5 candidats prétendant que le trouble avait cessé dès le 4 juin, le juge des référés déboute Claire AYMES le 9 décembre 2002.
Celle-ci réunit les témoignages des autres candidats et des habitants de la 3è circonscription et fait appel de cette dernière décision.

Mardi 30 Septembre 2003, 14h30 :
La Cour d’Appel d’Aix-en-Provence confirme les condamnations, casse le précédent jugement et alourdi la condamnation du candidat MALAUZAT (PS).

Seul LE RAVI, (Canard Enchaîné local), a relayé l'information sous la signature de Gilles MORTREUX dans son numéro d'Octobre 2003.

Je remercie les habitants et candidats de la circonscription ainsi que les colleurs d'affiche qui ont eu le courage, malgré les menaces, de témoigner pour moi.


Claire AYMES
Présidente MEI 13 Phone : 06 11 50 47 27

Dernière mise à jour : ( 17-03-2008 )
 
< Précédent
A la une
Cadarache : Que fait-on du principe de précaution ?

A-t-on frôlé la catastrophe nucléaire à Cadarache dans la nuit du 27 au 28 février 2001 ?

Fac-similé d'un document confidentiel interne au CEA.
CEA- Direction de l'Énergie Nucléaire - Direction du CEA/Cadarache

PERTURBATION SUITE AUX CONDITIONS METEOROLOGIQUES.

Suite aux importantes chutes de neige dans la nuit du 27 au 28 février 2001 , des perturbations électriques ont affecté l'alimentation électrique et certaines installations du site de Cadarache. La ligne EDF d'alimentation électrique provenant de VINON (63 KV) a été coupée suite à la chute de plusieurs pylônes entraînant le basculement de l'alimentation du centre sur la ligne Ste TULLE vers 22 heures. De même, à l'intérieur du site, une chute de pylônes a provoqué la défaillance des lignes aériennes 15KV alimentant le quartier de la Verrerie ; les lignes souterraines sont restées opérationnelles.
Au cours de la nuit et d'une partie de la matinée, des microcoupures électriques et des variations de tension ont conduit à diverses anomalies de fonctionnement sur quelques INB. Le déclenchement des alarmes a conduit à des interventions du personnel de permanence technique et à l'appel des astreintes des INB.
Les principaux problèmes rencontrés sont les suivants :
* sur l'INB 39 (Masurca) perte de la ventilation enceinte et cœur pendant 3h15
* sur l'INB 41 (Harmonie) perte du contrôle cheminée (installation et ventilation étant à l'arrêt).
* sur l'INB 55 (STAR) passage de la ventilation en demi régime pendant ½ heure
* sur l'INB 123 (LEFCA) perte de l'alimentation 48 volts au niveau du poste HT/BT ( non détectée par la télésurveillance ) entraînant la perte de l'alimentation normale , la non-sollicitation du groupe électrogène fixe et en conséquence un arrêt de ventilation de 1h25
En début de matinée, la situation était redevenue normale sur toutes les installations.
Suite à de nouvelles microcoupures le 28 dans la matinée, le réseau de téléalarme "SAFIR" a remonté au PC sécurité FLS une avalanche d'alarmes provenant de l'ensemble des installations du centre (INB et hors INB), dont le traitement a nécessité l'intervention des équipes de 10h25 à 11h50; les INB ont été traitées en priorité.
Par ailleurs, suite à l'épaisseur de la couche de neige accumulée sur les toits des bâtiments, des problèmes d'étanchéité sont apparus sous forme d'infiltrations goutte à goutte ou de suintements dans le bâtiment 418 (INB 53 – MCMF), dans la nef du bâtiment 316 (INB 55 – LECA), et dans l'escalier principal, le 2 ème étage du bâtiment 208 et au 1er étage du bâtiment 214 (INB 25 – Rapsodie).
Compte tenu de la non disponibilité de la ligne EDF de VINON, la direction du centre à immédiatement demandé la mise en sécurité de toutes les installations du site jusqu'au lundi 5 mars au matin. Ces évènements n'ont eu aucune conséquence pour le personnel et l'environnement. Je déclare cet incident au titre du critère 9, deuxième alinéa, de l'annexe à la lettre SCSIN 420/83 et propose de le classer au niveau 1 de l'échelle INES.
Hervé BERNARD

Ce document « confidentiel » démontre que les installations nucléaires du site de Cadarache ne sont pas menacées seulement par le risque sismique.
« Perte de la ventilation enceinte et cœur pendant 3h15 »,
« Avalanche d'alarmes provenant de l'ensemble des installations du centre ».
La catastrophe nucléaire a peut-être été frôlée à Cadarache une nuit de 2001.
Faut-il vraiment prendre le risque d’ y traiter le plutonium américain aujourd’hui et plus tard y construire le réacteur ITER ?

- Michel Laval, Vice-président MEI chargé de l’Environnement
- Claire Aymes Présidente MEI 13
- Le Mouvement Ecologiste Indépendant est membre de Sortir du Nucléaire
- Le Réseau Sortir du Nucléaire
 


Réalisation Mamboléo et www.mambopl.com
© 2017 Claire AYMES
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.