27-07-2017
Accueil arrow Elections arrow Jurisprudence
AccueilActuLiensContacts
Menu
Accueil
Elections Européennes 2014
Dossiers
Actualité
Elections
Fil d'actualité
Liens et Pétitions
Recherche
Portrait
Contacts
Administration
Echanges Internet

Jurisprudence Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claire AYMES   
30-09-2003

La cour d'appel d'Aix-en-Provence siffle la fin de la récréation

Pour tous les petits candidats aux élections qui se font voler leur liberté d’expression par les grands partis, voici l'épilogue pour les Législatives 2002, 3è circonscription de Marseille

Jean ROATTA, député sortant et réélu(UMP),
Gabriel MALAUZAT (Socialiste-PRG),
Jean-Paul NOSTRIANO (PC),
Yannick LOPEZ (Les Verts)
Jackie BLANC (FN)


Ont été condamnés le 4 juin 2002 par le Juge des référés de Marseille:


1) à remettre en état les panneaux d’affichage de Claire AYMES (MEI) plaignante,


2) de ne plus s’y retrouver sous astreinte de 250 euros par infraction journellement constatée,


3) à payer la somme globale de 1300 euros à la plaignante,


4) aux dépens


Malgré cette condamnation, ces candidats ont persisté, dossier d’huissier à l’appui, jusqu’au 7 Juin à violer les panneaux qui avaient été légalement attribués.
Invité à liquider les astreintes, et au vu de faux témoignages et allégations mensongères de ces 5 candidats prétendant que le trouble avait cessé dès le 4 juin, le juge des référés déboute Claire AYMES le 9 décembre 2002.
Celle-ci réunit les témoignages des autres candidats et des habitants de la 3è circonscription et fait appel de cette dernière décision.

Mardi 30 Septembre 2003, 14h30 :
La Cour d’Appel d’Aix-en-Provence confirme les condamnations, casse le précédent jugement et alourdi la condamnation du candidat MALAUZAT (PS).

Seul LE RAVI, (Canard Enchaîné local), a relayé l'information sous la signature de Gilles MORTREUX dans son numéro d'Octobre 2003.

Je remercie les habitants et candidats de la circonscription ainsi que les colleurs d'affiche qui ont eu le courage, malgré les menaces, de témoigner pour moi.


Claire AYMES
Présidente MEI 13 Phone : 06 11 50 47 27

Dernière mise à jour : ( 17-03-2008 )
 
< Précédent
A la une
Réaction à l’éditorial de Gilles Dauxerre

Directeur de la Rédaction La Provence

M. Dauxerre,
En réaction à votre éditorial du 10 septembre 2005 intitulé « Le feu et l’eau » dont j’ai apprécié la sobriété et la concision, permettez-moi de vous faire part des mes observations d’écologiste sur un aspect que vous n’avez pas abordé.

Cet ouragan, dont le parcours a suivi comme par hasard le chemin le plus destructeur est significatif des errances écologiques actuelles dans la mesure où cette fois c'est la Nature qui par un phénomène naturel a frappé la puissante et redoutée Amérique.
Depuis plusieurs jours que l’ouragan Katrina a frappé le sud des Etats-Unis, je n’ai pas lu une ligne sur le lien entre le réchauffement climatique et l’augmentation de la force des ouragans, phénomènes dont la force résulte directement du mode de vie de ses victimes. Pourtant ce lien existe bel et bien.

A la différence du tsunami, dont l’origine est 100% naturelle, même si l’énormité de ses conséquences tient beaucoup de activités humaines, par exemple la suppression des mangroves-, l’homme est pour beaucoup responsable de la montée en puissance des cyclones.
 
Au dire des experts, pour qu’une simple tempête se transforme en ouragan ou en cyclone, il faut des conditions précises, parmi lesquelles une température de la mer supérieure à 26°C.
Le réchauffement climatique favorise ces conditions qui sont déjà remplies et qui le seront à l'avenir de plus en plus.
 
Si le protocole de Kyoto, premier pas dans la lutte contre le réchauffement climatique, reste trop timoré et très insuffisant car il faudrait diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 60 à 80%, et qu’il ne prévoit que 5% environ de diminution pour 34 pays, qui n’incluent ni les Etats-Unis (premier pollueur), ni la Chine (deuxième et futur premier pollueur), ni l’Inde, il a toutefois le mérite d’exister.
Pourtant malgré le fait que ces phénomènes violents vont bien évidemment devenir plus nombreux et plutôt que de le reconnaître,
M. Bush qui constitue à lui tout seul le pire cyclone qui se soit jamais abattu sur les Etats-Unis, a justifié sa non ratification de ce protocole en disant: « le niveau de vie des américains n’est pas négociable ».
Au vu des dernières actualités, il serait intéressant de savoir si le président américain oserait le répéter aux sinistrés du sud des Etats-Unis et au monde entier.

 


Réalisation Mamboléo et www.mambopl.com
© 2017 Claire AYMES
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.