27-07-2017
Accueil arrow Dossiers arrow Humeurs et Réflexions arrow Gérard Depardieu est-il pire que le rallye Dakar ?
AccueilActuLiensContacts
Menu
Accueil
Elections Européennes 2014
Dossiers
Actualité
Elections
Fil d'actualité
Liens et Pétitions
Recherche
Portrait
Contacts
Administration
Echanges Internet

Gérard Depardieu est-il pire que le rallye Dakar ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claire AYMES   
14-12-2012
 Le Cavad demande depuis des années l'ouverture d'une enquête parlementaire sur les agissements délictueux du rallye Dakar en Afrique et maintenant en Amérique latine ainsi que la pertinence de l'existence même de ce désordre sociétal. En vain.
C'est Depardieu qu'on a vu.  

On n'en peut plus. Que Gérard Depardieu déménage en Belgique est devenu une affaire d'état Les clameurs viennent de partout même du plus haut niveau de l'Etat.
Le tsunami d'insultes en arrive à égarer certains qui ne demandent pas moins que la déchéance de la nationalité pour un artiste qui n'a pas fait pire que d'autres tout en demandant, quelle dérision une enquête parlementaire.
A ce qu'on sache, Depardieu n'a jamais tué personne.
Certes le geste n'est ni civique ni élégant mais il n'est pas illégal. Vaut-il ce torrent de haine ?
Jusqu'ici cet homme n'a t-il pas payé ses impôts en France ?N'a t-il pas investi dans divers secteurs d'activité et ne fait-il pas travailler des centaines d'employés ?

De gros industriels français passent le plus clair de leur temps à délocaliser leurs industries à l'étranger, à fermer des usines dans le seul but d'augmenter les plus-values des actionnaires. Nos vaillants hommes politiques ne font rien. Pourtant ce sont des millions de Français qui restent sur le carreau. Pas de demande de déchéance de la nationalité ni d'enquête parlementaire.

Parallèlement à cela, la France protège un ignoble rallye Dakar, dont les roues sont saturés du sang de nombreuses victimes innocentes. Des subventions sont accordées à ASO, entreprise pourtant privée, pour aller chaque année, commettre crimes et déprédations dans les pays dits du tiers-monde. L'ignominie a atteint de tels sommets que notre capitale, Paris, s'est résigné à retirer son nom de cette entreprise criminelle. Non seulement ces délinquants restent impunis mais ils sont salués comme des héros alors qu'ils salissent la France avec un cynisme qui n'a d'égal que leur soif d'argent.
Mais c'est Depardieu qu'on a vu.

Le Cavad demande depuis des années l'ouverture d'une enquête parlementaire sur les agissements délictueux du rallye Dakar en Afrique et maintenant en Amérique latine ainsi que la pertinence de l'existence même de ce désordre sociétal. En vain.
C'est Depardieu qu'on a vu.


S'il faut déchoir de la nationalité française tous ceux qui s'exilent fiscalement de France, ce sont des charters de luxe qu'il va falloir organiser vu les impétrants.
Et pendant qu'on y est, nos hommes politiques de tous bords feraient bien de ne pas trop la ramener.
De mauvais esprits pourraient être enclins a poser des questions sur certaines cagnottes, sur le fait que le fait que députés et sénateurs ne sont imposés que sur 15% de leurs revenus, les abattements fiscaux de certaines professions et diverses niches fiscales...

Gérard Depardieu n'a pas volé son argent. Il l'a gagné grâce à son talent et à ses investissements. Qu'il ne soit plus partageur n'est pas un crime même si cela manque de panache. C'est son droit.
Et il a au moins, pour lui, de ne pas avoir condamné des centaines de familles au chômage ou au deuil. Par les temps qui courent, ça compte.

Mesdames, messieurs les politiques, à vous aussi experts donneurs de leçons, avant de le déchoir de la nationalité française, occupez-vous de ceux qui salissent réellement la France par des actes autrement plus criminels comme le rallye Dakar. Merci.

Claire Aymes


Dernière mise à jour : ( 14-12-2012 )
 
< Précédent   Suivant >
A la une
Energies propres : l'exemple danois

Les 2, 3 et 4 mai 2005, le Sénat examinera, en deuxième lecture, le projet de loi d'orientation sur l'énergie, adopté par l'Assemblée nationale le 29 mars. La France, en retard dans la production d'électricité par des sources d'énergie renouvelables, est loin, très loin de l'exemple danois.

Les énergies renouvelables (ENR) constituent plus de 20% de l'énergie consommée par les 5,3 millions de Danois; contre seulement 13% en France en 2003. Leur part doit pourtant atteindre 21% à l'horizon 2010, selon les objectifs européens. «La France n'atteindra les 21% fixés par l'Europe que vers 2013», estime Jean-Louis Bal, directeur des énergies renouvelables, des réseaux et des marchés énergétiques à l'Ademe. Déjà en avance sur les directives européennes, «les ENR danoises devraient représenter 29% de la consommation énergétique du pays en 2010», selon le sous-directeur de l'Agence de l'énergie au Danemark, Michel Schilling.

«Dès le premier choc pétrolier, le Danemark s'est tourné vers l'énergie renouvelable, et en particulier vers l'éolien», explique Stig Fugllund, conseiller de l'Ambassade du Danemark. Aujourd'hui, près de 3.100 mégawatts (MW) éoliens sont installés, dont 420 en mer. En France, seuls 405 MW étaient disponibles fin 2004. «On ne va pas dans la bonne direction» commente Jean-Louis Bal. «Le projet de loi d'orientation sur l'énergie (Ploe) place le seuil minimal pour bénéficier de l'obligation d'achat par EDF à 20 MW. Or, la plupart des sites éoliens français oscillent entre 10 et 12 MW!»

L'exemple danois montre pourtant que l'énergie éolienne a un fort potentiel. «Entre 1973 et 2003, les coûts par kilowatts-heure ont été réduits de 75%, passant de seize à quatre centimes d'euro», explique Michel Schilling. Par ailleurs, employant quelque 20.000 personnes au Danemark, cette énergie rapporte. Actuellement «40% des éoliennes construites dans le monde sont danoises», ce qui fait de ce pays le premier exportateur mondial d'éoliennes.
 
De 1994 à 2003, le marché mondial a connu une hausse moyenne annuelle de 28% environ en termes de production électrique, et «d'ici dix ans, on estime que 250.000 MW éoliens seront installés dans le monde, soit cinq fois plus qu'aujourd'hui.» En France, la faiblesse de l'industrie dans le domaine ne permet pas d'être présent sur ce marché de manière significative.
22/04/2005 -le JDLE - par Bertrand Beauté

 


Réalisation Mamboléo et www.mambopl.com
© 2017 Claire AYMES
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.