27-05-2017
Accueil arrow Dossiers arrow Humeurs et Réflexions arrow Geneviève des Bois de Notre Dame des Landes ou la démission d'une société
AccueilActuLiensContacts
Menu
Accueil
Elections Européennes 2014
Dossiers
Actualité
Elections
Fil d'actualité
Liens et Pétitions
Recherche
Portrait
Contacts
Administration
Echanges Internet

Geneviève des Bois de Notre Dame des Landes ou la démission d'une société Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claire AYMES   
01-01-2013
 
Considérer qu'un(e)mineur(e) peut fuguer en toute liberté, et surtout cohabiter avec des inconnus relève de l'inconscience la plus totale.... silence assourdissant des ministres de la Justice, du Droits des Femmes, des Affaires sociales et de l' Education nationale...  

Nous vivons une époque formidable.

Une lycéenne de 16 ans originaire du Puy-en-Velay qui a fugué avec une amie depuis le 4 décembre et se définissant comme anarchiste fait sa loi en France depuis quelque jours.

Une fugue comme tant d'autres sauf que là, une chance pour sa famille, elle va bien. Elle abandonne son lycée, ses études sans savoir ce qui l'attend. L'irresponsabilité à l'état pur.Une mineure livrée à elle même, entourée d'on ne sait qui, bref peut-être en péril mais personne ne s'alarme. Selon ses dires, elle rechercherait autre chose...en bref elle fait sa crise d'adolescence et compte bien faire « suer » un maximum sa mère. Elle ne veut pas rentrer dit-elle. Il y a des adultes qui l'écoutent. Un gros n'importe quoi.


Tout est donc bien dans le meilleur des mondes SAUF QUE :

Geneviève ne peut pas décider elle même de sa vie. Elle est sous la responsabilité de ses parents. Un point c'est tout. Je ne le lui souhaite pas mais s'il lui arrive quoi que ce soit, qui sera désigné responsable ?

Si cette société du paraître et du vu à la télé peut amuser certains, il démontre surtout le niveau de déliquescence des valeurs. Cette jeune fille manque de respect à sa famille et aux personnes qui l'ont recherchée. Elle cause même préjudice aux autres enfants fugueurs ou enlevés.

Ce qui aurait dû être réglé par une bonne fessée et un retour illico-presto à la maison devient un feuilleton médiatique où la demoiselle interviewée se livre, ravie, aux médias.

Quid de la protection des mineurs ? Quid de l'ordonnance de 1945 concernant le droit des mineurs ?
Il existe un avis de disparition qui ne peut se terminer une fois la jeune fille retrouvée que par un retour manu-militari au bercail et ça c'est le rôle de la police et de la gendarmerie.

Mais, très inquiétant, le ministre de l'Intérieur soi-même et un procureur de la république font de tonitruantes sorties d'où il ressort qu'il faut laisser la jeune fille faire à sa convenance pour ne pas envenimer la situation. On croit rêver. Considérer qu'un(e)mineur(e) peut fuguer en toute liberté, et surtout cohabiter avec des inconnus relève de l'inconscience la plus totale.

Pire la mère, dépassée, ne sait quoi faire. Apeurée par les violences exercées par les opposants sur les parents de l'autre fugueuse, elle attend le bon vouloir de sa fille. Si la responsabilité des parents est totale, les autorités doivent les assister, non pas fuir leurs responsabilités comme c'est ici le cas.

Je ne parle même pas des opposants au projet de la construction de l'aéroport de Notre-Dame des Landes, à priori des adultes sur le campement, qui apparaissent au moins aussi inconscients que la fugueuse.Sous le prétexte de la protéger d'on ne sait quels abus d'autorité, comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils pourraient se retrouver sous le coup d'une inculpation de séquestration de mineure ?

Le silence assourdissant des ministres de la Justice, du Droits des Femmes, des Affaires sociales et de l' Education nationale complètent le tableau.

On se demande si ces différents responsables politiques et judiciaires auraient laissé leur adolescente de 16 ans cohabiter avec une faune hétéroclite de personnes plus ou moins bien intentionnés, groupuscules anti mondialistes ou anarchistes ? Si oui, alors bonjour l'éducation !S'agit-il d'humanisme ? Non. Je vois une douteuse complaisance et un grand laxisme. A moins que les calculs politiciens soient au-dessus de l'intégrité physique et morale d'une enfant.
Il y a là pour le moins non-assistance à personne en danger.

La conclusion coule de source. Dorénavant, ce sont les enfants qui font la loi et indiquent aux adultes le chemin à suivre en France. Quel message magnifique envoyés à nos adolescents déjà biberonnés au Titeuf ( dessin animé et bande dessinée mettant en scène un gamin particulièrement mal-élevé) !
La démission est patente, effrayante. Elle sera reçue 5/5 par notre jeunesse en perte de repères.

Comme on pouvait s'y attendre, pour cette jeune fille, c'est bientôt la célébrité. Les médias en parlent puisqu'elle est maintenant le symbole voire la mascotte des opposants tandis les autorités n'osent pas sanctionner. Son discours même laisse penser qu'elle est manipulée par une poignée d'individus afin de remettre sous les projecteurs une cause dont elle ne peut pas comprendre tous les enjeux. Elle sera invitée sur les plateaux de télévision pour raconter sa non-histoire. Et quand elle se retrouvera vidée de sa substantifique moelle par les médias vampires, visage et identité dévoilés, vie personnelle étalée, qu'est-ce qui se passera à votre avis ?

Si il arrive quoi que ce soit à Geneviève, vous serez tous responsables : Le procureur de la république, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, Christiane Taubira, ministre de la Justice, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale.
Vous n'êtes pas à l'abri de voir Geneviève retrouver ses marques dans quelques années et estimer qu'elle a subi des préjudices. Elle sera alors fondée à attaquer en justice tous ceux qu'elle estimera coupables de ne pas l'avoir préservée. Pensez-y, mesdames, messieurs, et révisez les fondamentaux de la république.

Claire Aymes,
Mère, Ecologiste libre, pdte Alternative Démocrate

Dernière mise à jour : ( 11-08-2014 )
 
< Précédent   Suivant >
A la une
Pourquoi  dire NON au Plutonium américain ?

1- Areva prétend agir "pour la Paix" en reconditionnant du plutonium américain issu des bombes atomiques.
Réponse : C'est exactement comme le pyromane qu'il faudrait féliciter parce qu'il s'est joint aux pompiers : en effet, Areva est détenue à 70% par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), l'organisme qui a fourni aux militaires.... le plutonium nécessaire aux bombes atomiques. Par ailleurs, Areva fournit en permanence du combustible nucléaire aux centrales EDF d'où il ressort, parmi les déchets nucléaires, du plutonium !

2- Areva prétend que la meilleure solution pour le plutonium militaire est d'en faire du combustible pour l' "incinérer" dans les centrales nucléaires.
Réponse : une fois utilisé dans les centrales, le combustible "Mox" (de l'uranium auquel est ajouté un peu de plutonium) se présente sous la forme de déchets nucléaires qui vont durer des milliers d'années, contenant en particulier de l'uranium, de l'americium, et du... plutonium. Le problème reste donc entier.

3- Que faire du plutonium puisque rien ne peut le faire disparaître ?
Réponse : la moins mauvaise solution est certainement de mélanger le plutonium à d'autre déchets nucléaires (ainsi le plutonium devient inutilisable à des fins militaires), mais surtout pas d'en faire du mox et de le transporter (comme le propose AREVA), ce qui est très dangereux et beaucoup plus coûteux.
Il n'existe hélas pas de solution parfaite. Le plutonium n'existe pas dans la nature, ce sont les entreprises du nucléaire qui le fabriquent. La première chose à faire est d'arrêter cette industrie folle et irresponsable pour arrêter de produire des déchets nucléaires.

4- Areva prétend importer le plutonium américain en toute sécurité.
Réponse : les incroyables effectifs militaires déployés signifient bien que le danger est immense. Pourtant, ces mesures sont inopérantes : il y souvent des attaques au lance-roquettes sur les fourgons bancaires, la même chose peut hélas être faite sur les camions de plutonium. Or, il est impossible de protéger un parcours de 1300 km. Par ailleurs, un accident (en particulier dans un tunnel ou sur un viaduc) pourrait aussi avoir de lourdes conséquences. Aux USA, il faut 3 camions pour transporter 140 kg de plutonium, mais les autorités françaises permettent le transport de cette cargaison sur un seul camion.
Rappel : un millionième de gramme de plutonium suffit à tuer une personne.

5- Areva prétend que le traitement à Cadarache du plutonium se fera en toute sécurité.
Réponse : Areva a décidé de traiter ce plutonium dans une installation nucléaire officiellement fermée car inadaptée au risque sismique. En effet, après huit longues années de demandes infructueuses, l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire française, qui n'a donc d'autorité que dans le nom) a obtenu la fermeture "définitive" de l'Atelier de plutonium de Cadarache lors de l'été 2003. Aujourd'hui Areva joue sur les mots et l'ASN se tait : cette fermeture ne concernerait que les production commerciales. Serait-il moins grave de mourir d'un accident nucléaire "non-commercial" ? De toute façon, c'est bien un contrat commercial qui lie la multinationale nucléaire et l'armée américaine.
Areva n'agit pas pour la Paix mais pour des raisons financières.

Michel Laval Vice –président MEI chargé de l’Environnement
Claire Aymes Pdte MEI 13
Le Mouvement Ecologiste Indépendant est membre du Réseau Sortir du Nucléaire 
Réseau Sortir du Nucléaire

 


Réalisation Mamboléo et www.mambopl.com
© 2017 Claire AYMES
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.