27-07-2017
Accueil arrow Dossiers arrow Humeurs et Réflexions arrow Geneviève des Bois de Notre Dame des Landes ou la démission d'une société
AccueilActuLiensContacts
Menu
Accueil
Elections Européennes 2014
Dossiers
Actualité
Elections
Fil d'actualité
Liens et Pétitions
Recherche
Portrait
Contacts
Administration
Echanges Internet

Geneviève des Bois de Notre Dame des Landes ou la démission d'une société Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claire AYMES   
01-01-2013
 
Considérer qu'un(e)mineur(e) peut fuguer en toute liberté, et surtout cohabiter avec des inconnus relève de l'inconscience la plus totale.... silence assourdissant des ministres de la Justice, du Droits des Femmes, des Affaires sociales et de l' Education nationale...  

Nous vivons une époque formidable.

Une lycéenne de 16 ans originaire du Puy-en-Velay qui a fugué avec une amie depuis le 4 décembre et se définissant comme anarchiste fait sa loi en France depuis quelque jours.

Une fugue comme tant d'autres sauf que là, une chance pour sa famille, elle va bien. Elle abandonne son lycée, ses études sans savoir ce qui l'attend. L'irresponsabilité à l'état pur.Une mineure livrée à elle même, entourée d'on ne sait qui, bref peut-être en péril mais personne ne s'alarme. Selon ses dires, elle rechercherait autre chose...en bref elle fait sa crise d'adolescence et compte bien faire « suer » un maximum sa mère. Elle ne veut pas rentrer dit-elle. Il y a des adultes qui l'écoutent. Un gros n'importe quoi.


Tout est donc bien dans le meilleur des mondes SAUF QUE :

Geneviève ne peut pas décider elle même de sa vie. Elle est sous la responsabilité de ses parents. Un point c'est tout. Je ne le lui souhaite pas mais s'il lui arrive quoi que ce soit, qui sera désigné responsable ?

Si cette société du paraître et du vu à la télé peut amuser certains, il démontre surtout le niveau de déliquescence des valeurs. Cette jeune fille manque de respect à sa famille et aux personnes qui l'ont recherchée. Elle cause même préjudice aux autres enfants fugueurs ou enlevés.

Ce qui aurait dû être réglé par une bonne fessée et un retour illico-presto à la maison devient un feuilleton médiatique où la demoiselle interviewée se livre, ravie, aux médias.

Quid de la protection des mineurs ? Quid de l'ordonnance de 1945 concernant le droit des mineurs ?
Il existe un avis de disparition qui ne peut se terminer une fois la jeune fille retrouvée que par un retour manu-militari au bercail et ça c'est le rôle de la police et de la gendarmerie.

Mais, très inquiétant, le ministre de l'Intérieur soi-même et un procureur de la république font de tonitruantes sorties d'où il ressort qu'il faut laisser la jeune fille faire à sa convenance pour ne pas envenimer la situation. On croit rêver. Considérer qu'un(e)mineur(e) peut fuguer en toute liberté, et surtout cohabiter avec des inconnus relève de l'inconscience la plus totale.

Pire la mère, dépassée, ne sait quoi faire. Apeurée par les violences exercées par les opposants sur les parents de l'autre fugueuse, elle attend le bon vouloir de sa fille. Si la responsabilité des parents est totale, les autorités doivent les assister, non pas fuir leurs responsabilités comme c'est ici le cas.

Je ne parle même pas des opposants au projet de la construction de l'aéroport de Notre-Dame des Landes, à priori des adultes sur le campement, qui apparaissent au moins aussi inconscients que la fugueuse.Sous le prétexte de la protéger d'on ne sait quels abus d'autorité, comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils pourraient se retrouver sous le coup d'une inculpation de séquestration de mineure ?

Le silence assourdissant des ministres de la Justice, du Droits des Femmes, des Affaires sociales et de l' Education nationale complètent le tableau.

On se demande si ces différents responsables politiques et judiciaires auraient laissé leur adolescente de 16 ans cohabiter avec une faune hétéroclite de personnes plus ou moins bien intentionnés, groupuscules anti mondialistes ou anarchistes ? Si oui, alors bonjour l'éducation !S'agit-il d'humanisme ? Non. Je vois une douteuse complaisance et un grand laxisme. A moins que les calculs politiciens soient au-dessus de l'intégrité physique et morale d'une enfant.
Il y a là pour le moins non-assistance à personne en danger.

La conclusion coule de source. Dorénavant, ce sont les enfants qui font la loi et indiquent aux adultes le chemin à suivre en France. Quel message magnifique envoyés à nos adolescents déjà biberonnés au Titeuf ( dessin animé et bande dessinée mettant en scène un gamin particulièrement mal-élevé) !
La démission est patente, effrayante. Elle sera reçue 5/5 par notre jeunesse en perte de repères.

Comme on pouvait s'y attendre, pour cette jeune fille, c'est bientôt la célébrité. Les médias en parlent puisqu'elle est maintenant le symbole voire la mascotte des opposants tandis les autorités n'osent pas sanctionner. Son discours même laisse penser qu'elle est manipulée par une poignée d'individus afin de remettre sous les projecteurs une cause dont elle ne peut pas comprendre tous les enjeux. Elle sera invitée sur les plateaux de télévision pour raconter sa non-histoire. Et quand elle se retrouvera vidée de sa substantifique moelle par les médias vampires, visage et identité dévoilés, vie personnelle étalée, qu'est-ce qui se passera à votre avis ?

Si il arrive quoi que ce soit à Geneviève, vous serez tous responsables : Le procureur de la république, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, Christiane Taubira, ministre de la Justice, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale.
Vous n'êtes pas à l'abri de voir Geneviève retrouver ses marques dans quelques années et estimer qu'elle a subi des préjudices. Elle sera alors fondée à attaquer en justice tous ceux qu'elle estimera coupables de ne pas l'avoir préservée. Pensez-y, mesdames, messieurs, et révisez les fondamentaux de la république.

Claire Aymes,
Mère, Ecologiste libre, pdte Alternative Démocrate

Dernière mise à jour : ( 11-08-2014 )
 
< Précédent   Suivant >
A la une
Bien que le risque soit jugé faible par les services sanitaires, la vigilance la plus grande s’impose.
La chasse aux oiseaux d’eau (canards, oies et limicoles) ouvre demain samedi 27 août.
Au même moment où plusieurs foyers de grippe aviaire ont été découverts en Russie et où l’Europe prend des mesures pour prévenir l’introduction de l’épizootie, en interdisant les importations de volailles depuis les pays touchés.
Pour sa part, l’association Europe Ecologie Paca aurait préféré au vu de la sécheresse dans toute la France et l'Europe, l’interdiction temporaire de la chasse pour tout le reste de l'année pour toutes les espèces qui doivent aussi pâtir en ce moment du manque d'eau.


Europe Ecologie Paca et France Nature Environnement rappellent que, si les populations d’oiseaux sauvages constituent un réservoir du virus, celui-ci ne provoque pas systématiquement la grippe aviaire chez les oiseaux domestiques.
Jusqu'à présent, la transmission s'effectue plutôt entre élevages. Les mesures de prévention, de suivi et de surveillance sanitaire pour éviter ou limiter l’impact des maladies contagieuses doivent donc devenir la priorité.
Les pratiques cynégétiques sont concernées à double titre car faisant usages des appelants, pratique consistant à déposer des canards et des oies d’élevage sur les plans d'eau afin d'attirer les canards sauvages pour la chasse au gibier d'eau,

Cette pratique est extrêmement néfaste à l’avifaune : elle accroît la pression de chasse de nuit notamment, entretient le commerce illicite et fait peser de graves menaces de pollution génétique sur les espèces sauvages.

 Elle présente également des risques sanitaires : les appelants sont manipulés, mis en contact direct avec les oiseaux sauvages puis repris et remis en élevage. Ils cumulent tous les facteurs de risque de transmission d’épizooties, dans les deux directions.

Or, la réglementation française est très libérale sur l’usage des appelants.
Et il n’existe pas de recensement de ces élevages, qui ne sont pas soumis à déclaration sous le seuil de quatre-vingt oiseaux et ne font l’objet d’aucun contrôle sanitaire obligatoire.
Alors que l’irruption de la grippe aviaire en Europe dans les prochaines années n’est pas exclue, il est essentiel de prendre dès maintenant des mesures visant à
- évaluer avec précision les risques de transmission d’épizooties par des appelants ;
- intégrer les élevages d’appelants dans les dispositifs de surveillance vétérinaire ;
- informer les chasseurs sur les règles à respecter pour éviter toute contamination entre les appelants et les autres oiseaux d’élevage.


Les lâchers d’oiseaux d’élevage nécessitent la même vigilance : alors que les Pays-Bas et l’Allemagne vont enfermer toutes leurs volailles élevées en plein air, il n’est pas cohérent de lâcher pour la chasse un million de canards colverts et plusieurs millions de perdrix et de faisans sans protéger nos élevages domestiques de l'épizootie et en favorisant par là même  la transformation du virus en virus transmissible d'homme à homme".
Claire Aymes
Déléguée Europe Ecologie Paca
Source France Nature Environnement
 


Réalisation Mamboléo et www.mambopl.com
© 2017 Claire AYMES
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.