24-01-2019
Accueil arrow Dossiers arrow Elections Européennes 2014 arrow Communiqué Alternative Démocrate
AccueilActuLiensContacts
Menu
Accueil
Elections Européennes 2014
Dossiers
Actualité
Elections
Fil d'actualité
Liens et Pétitions
Recherche
Portrait
Contacts
Administration
Echanges Internet

Communiqué Alternative Démocrate Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claire AYMES   
18-05-2014
 Elections européennes du 25 mai 2014

ALTERNATIVE DEMOCRATE ne soutient aucune liste Debout la République/Debout la France.
ALTERNATIVE DEMOCRATE appelle les adhérents, amis et sympathisants à porter leurs votes sur les listes des minorités ethniques et sociales présentes sur leurs circonscriptions.  

Elections européennes du 25 mai 2014


Les partis français demandent aux citoyens d'envoyer leurs représentants au parlement européen afin d'oeuvrer pour l'intérêt supérieur de la France et des Français. Chacun rivalise de promesses non tenues et de manœuvres soit disant démocratiques dont la plus significative restera à jamais le texte de la Constitution européenne massivement rejeté par les Français en 2005 et qui a quand même été imposé aux Français avec les dramatiques conséquences sociales, économiques et financières qu'on connaît.

Non seulement le peuple français est soigneusement tenu à l'écart des grandes décisions qui se prennent ailleurs mais ceux qui sont censés le défendre ne représentent pas sa diversité sociale et ethnique.

De temps en temps certains partis exhibent quelques « candidats de la diversité ou de l'égalité » comme on les appelle, noir, arabe, ouvrier, handicapé.

Ils le clament alors avec force publicité pour bien se démarquer des autres qui ne le font pas et enfumer le gogo handicapé, « bronzé » ou de classe ouvrière dont ils veulent le vote.

Si intégrer des minorités devient alors une preuve de bonté d'âme et de lutte contre les discriminations sociales et raciales, il reste un gros dilemme.

Les partis politiques français n'ont jamais eu de respect pour leurs adhérents, amis ou sympathisants issus des minorités. Ils ne connaissent qu'une seule méthode : celle de la force brute de la soumission et de temps en temps celle du fait du prince.

Les minorités servent à coller les affiches, à faire le nombre, à remplir les fins de listes. Et cela, quelles que soit leurs compétences ou états de service.

Un ancien élu français blanc battu aux législatives et traînant accessoirement diverses casseroles judiciaires sera toujours préféré en position éligible sur une liste plutôt qu'un français issu des minorités sincère, honnête, travailleur...

Bref, pour ces élections européennes, la tradition non écrite est respectée. L'élitisme et l'entre-soi restent de mise parmi ceux-là même qui fustigent cette partie du peuple français qui n' en fait et ne fera jamais assez pour la France, à leurs yeux.

Ce constat effectué, il ne reste plus qu'à prendre les dispositions qui s'imposent.

Diverses associations appellent au boycott massif des urnes.

S'abstenir de voter, c'est le champ libre laissé aux députés du sérail.


ALTERNATIVE DEMOCRATE ne soutient aucune liste Debout la République/Debout la France.

ALTERNATIVE DEMOCRATE appelle les adhérents, amis et sympathisants à porter leurs votes sur les listes des minorités ethniques et sociales présentes sur leurs circonscriptions.

Claire AYMES, présidente Alternative Démocrate


Dernière mise à jour : ( 19-05-2014 )
 
A la une
Pourquoi  dire NON au Plutonium américain ?

1- Areva prétend agir "pour la Paix" en reconditionnant du plutonium américain issu des bombes atomiques.
Réponse : C'est exactement comme le pyromane qu'il faudrait féliciter parce qu'il s'est joint aux pompiers : en effet, Areva est détenue à 70% par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), l'organisme qui a fourni aux militaires.... le plutonium nécessaire aux bombes atomiques. Par ailleurs, Areva fournit en permanence du combustible nucléaire aux centrales EDF d'où il ressort, parmi les déchets nucléaires, du plutonium !

2- Areva prétend que la meilleure solution pour le plutonium militaire est d'en faire du combustible pour l' "incinérer" dans les centrales nucléaires.
Réponse : une fois utilisé dans les centrales, le combustible "Mox" (de l'uranium auquel est ajouté un peu de plutonium) se présente sous la forme de déchets nucléaires qui vont durer des milliers d'années, contenant en particulier de l'uranium, de l'americium, et du... plutonium. Le problème reste donc entier.

3- Que faire du plutonium puisque rien ne peut le faire disparaître ?
Réponse : la moins mauvaise solution est certainement de mélanger le plutonium à d'autre déchets nucléaires (ainsi le plutonium devient inutilisable à des fins militaires), mais surtout pas d'en faire du mox et de le transporter (comme le propose AREVA), ce qui est très dangereux et beaucoup plus coûteux.
Il n'existe hélas pas de solution parfaite. Le plutonium n'existe pas dans la nature, ce sont les entreprises du nucléaire qui le fabriquent. La première chose à faire est d'arrêter cette industrie folle et irresponsable pour arrêter de produire des déchets nucléaires.

4- Areva prétend importer le plutonium américain en toute sécurité.
Réponse : les incroyables effectifs militaires déployés signifient bien que le danger est immense. Pourtant, ces mesures sont inopérantes : il y souvent des attaques au lance-roquettes sur les fourgons bancaires, la même chose peut hélas être faite sur les camions de plutonium. Or, il est impossible de protéger un parcours de 1300 km. Par ailleurs, un accident (en particulier dans un tunnel ou sur un viaduc) pourrait aussi avoir de lourdes conséquences. Aux USA, il faut 3 camions pour transporter 140 kg de plutonium, mais les autorités françaises permettent le transport de cette cargaison sur un seul camion.
Rappel : un millionième de gramme de plutonium suffit à tuer une personne.

5- Areva prétend que le traitement à Cadarache du plutonium se fera en toute sécurité.
Réponse : Areva a décidé de traiter ce plutonium dans une installation nucléaire officiellement fermée car inadaptée au risque sismique. En effet, après huit longues années de demandes infructueuses, l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire française, qui n'a donc d'autorité que dans le nom) a obtenu la fermeture "définitive" de l'Atelier de plutonium de Cadarache lors de l'été 2003. Aujourd'hui Areva joue sur les mots et l'ASN se tait : cette fermeture ne concernerait que les production commerciales. Serait-il moins grave de mourir d'un accident nucléaire "non-commercial" ? De toute façon, c'est bien un contrat commercial qui lie la multinationale nucléaire et l'armée américaine.
Areva n'agit pas pour la Paix mais pour des raisons financières.

Michel Laval Vice –président MEI chargé de l’Environnement
Claire Aymes Pdte MEI 13
Le Mouvement Ecologiste Indépendant est membre du Réseau Sortir du Nucléaire 
Réseau Sortir du Nucléaire

 


Réalisation Mamboléo et www.mambopl.com
© 2019 Claire AYMES
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.